Accéder au contenu principal

La Bible : le conte est bon ?

Aujourd'hui commence le mois de la Bible, une heureuse initiative de l'Alliance Biblique Française, des éditions Bibli’O et du Syndicat des Libraires de Littérature Religieuse. Sur le site Internet de l'événement, il est possible de télécharger un livret, très bien fait, qui répond aux questions de base sur la Bible : Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi autant de versions ? Comment choisir sa Bible ? On trouve à la fin de ce livret trois courts témoignages (un protestant, un catholique et un orthodoxe) à propos de la Bible et j'imagine que le témoignage protestant, de François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, pourrait bien faire réagir les lecteurs évangéliques : « Le récit biblique est une épopée, un immense roman. Il est un conte pour adultes. »

Même si aujourd'hui plus qu'hier la plupart des évangéliques ont assimilé le fait qu'on ne peut pas se contenter d'une lecture littérale, au pied de la lettre, de la Bible, et qu'il faut au moins tenir compte des genres littéraires variés qu'on y trouve, je pense que beaucoup auront du mal à employer des termes comme épopée, roman ou conte pour évoquer la Bible. Et pourtant...

L'intérêt de ces termes est qu'ils mettent en premier le sens du récit plus que son historicité. Bien-sûr, quand la Bible insiste sur la réalité historique d'un événement, il faut le considérer comme tel. L'exemple type est celui de la résurrection du Christ. Non seulement les évangiles soulignent les nombreux témoignages et les signes concrets de la résurrection du Christ mais l'apôtre Paul dans sa première épître aux Corinthiens affirme avec force : « si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide, et vide aussi votre foi. » (1 Co 15.14)  La résurrection du Christ n'est pas un conte !

Mais il me semble que le souci des évangéliques (leur réflexe, devrais-je dire) de vouloir toujours défendre l'historicité de la Bible, dans chacun de ses récits, dans ses moindres détails, est contestable. Il relève d'une approche littéraliste... Certes, l'approche historico-critique, découpant scientifiquement le texte biblique en différents strates successives, peut conduire à vider la Bible de sa sève par une étude clinique. Mais l'approche littéraliste nivelle regrettablement le texte biblique, et lui enlève aussi toute sa saveur et sa richesse.

On le dit souvent, la Bible n'est pas un livre mais une bibliothèque. L'épopée et le conte y ont leur place ! Comme le chant, le poème, la lettre, la prédication, la parabole, l'allégorie, les textes législatifs, la prière, et bien d'autres formes littéraires encore...

Cela n'enlève rien à l'inspiration des Ecritures. Bien au contraire ! Je crois que la Bible est la Parole de Dieu. Mais le fait qu'elle nous soit parvenue sous cette forme, dans toute sa richesse littéraire, témoigne bien d'un Dieu qui vient à notre rencontre et nous rejoint jusque dans nos cultures.

Je ne pense pas que la Bible ait besoin ni d'être déconstruite ni d'être défendue. Elle a besoin d'être lue, et méditée. Alors vive le mois de la Bible !

---
Pour plus d'informations sur le mois de la Bible, consultez le site Internet dédié : http://www.moisdelabible.fr/. Vous y trouverez des informations, des ressources, la liste des librairies participantes.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un bon évangélique ?

Parfois, j'ai l'impression de ne pas être un bon évangélique... Je ne me reconnais pas dans certaines prises de positions, dans ce que je lis régulièrement sur les réseaux sociaux de la part d'évangéliques… Et je ne parle même pas de l'image qu'en renvoient les médias (même si c'est mieux qu'il y a quelques années) !

Je suis aussi mal à l'aise avec ce qui est souvent mis en avant aujourd'hui comme marqueurs évangéliques, comme les questions d'éthique sexuelle et familiale, ou l’exégèse de certains textes bibliques particuliers (les premiers chapitres de la Genèse, ceux qui parlent de la place et du rôle des femmes...). Comme si être évangélique aujourd'hui, c'est être anti-avortement, anti-mariage homosexuel, anti-évolutionnisme et anti-féminisme. Essentiellement réactionnaire, donc... Je ne développerai pas ici ces questions mais cela mériterait, et c'est un euphémisme, quelques nuances ! En tout cas, je refuse de les considérer co…

Retour sur Protestants en Fête

Du 27 au 29 octobre, j'étais à Strasbourg pour Protestants en Fête (PEF), le grand événement en France de l'année de commémoration des 500 ans de la Réforme protestante. Trois jours intenses et riches, par le programme proposé, l'organisation impeccable, les rencontres nombreuses (et les retrouvailles d'amis que je n'avais parfois pas vus depuis plusieurs années).

Passons rapidement sur l'inauguration du village des fraternités, place Kléber. Il y avait du monde mais ça se passait sous la tente principale, ne pouvant accueillir que quelques dizaines de personnes. Les autres, dehors, n'ont pas vus grand chose, même s'ils ont entendu les prises de paroles des officiels. Un peu frustré, donc.

Par contre, l'étape suivante était prestigieuse. J'ai eu le privilège d'assister, avec quelque 500 personnes invitées, à la cérémonie d'ouverture officielle de PEF, dans l'hémicycle du conseil de l'Europe. Un cadre prestigieux pour une cérémon…

La tentation du Notre Père

Le 3 décembre prochain, la nouvelle version du Notre Père entrera officiellement en vigueur dans l'Eglise catholique. A l'approche de cette date, une chronique radio d'un philosophe médiatique, Raphaël Enthoven, a animé les réseaux sociaux (avec la « finesse » qu'on leur connaît...). Son interprétation pour le moins discutable, aux accents complotistes regrettables, prétend qu'en ôtant le verbe "soumettre", l'Eglise catholique se montrerait sournoisement islamophobe (puisque le mot Islam signifie soumission !). Il faut avouer que j'ai déjà entendu le philosophe être plus inspiré...

Car le débat sur cette demande du Notre Père n'a évidemment rien à voir avec l'islamophobie. La demande devient "Ne nous laisse pas entrer en tentation" (à la place de "Ne nous soumets pas à la tentation"). Mais sa traduction n'est pas évidente. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les différentes versions françaises de la Bible :

A propos de l'avis du CCNE sur la PMA

Sans surprise, le comité consultatif national d'éthique (CCNE) a donné un avis favorable à l'accès de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, y compris pour les couples de femmes et les femmes célibataires. Depuis l'adoption du mariage pour tous, on ne voit pas comment les choses pouvaient aller autrement... Et les anti-mariage pour tous ont vite fait de ressortir les vieux slogans : autoriser la PMA pour toutes, c'est le premier pas vers l'autorisation de la gestation pour autrui (GPA) ! Sauf que ce n'est pas l'avis du CCNE...

En effet, le comité émet un avis nuancé. Même sur la PMA, il y a eu des débats internes et la décision ne s'est pas faite à l'unanimité (environ un tiers du comité y était opposé). L'avis du CCNE est aussi assorti de « points de butée » dont il faut tenir compte, comme les conséquences pour l'enfant ou le risque de marchandisation accrue. Il suggère même de tenir compte de la situation différe…

Rouler moins vite

La mesure fait grand bruit ! Le gouvernement va baisser la limitation de vitesse sur les routes secondaires à 80 km/h. On pourrait se dire qu'il y a des sujets plus graves aujourd'hui (même si des centaines de vies sont en jeu quand même !)... mais les réactions des associations d'automobilistes et des quidams sur les réseaux sociaux abondent. Selon une enquête récente, 59 % des personnes interrogées sont défavorables à cette mesure (et 82 % estiment que le premier objectif de cette mesure est d’augmenter les contraventions collectées par l’Etat...). Quand on touche à la bagnole...
Ce n'est pas le premier gouvernement à prendre des mesures quant à la sécurité routière... et à essuyer les critiques. Pourtant, depuis les années 70 (où on comptait quand même 16000 morts par an sur les routes !), chaque mesure restrictive semble bien avoir eu un effet positif sur le nombre de morts sur les routes*. Et il faut quand même, me semble-t-il, une bonne dose de mauvaise foi pour…