Accéder au contenu principal

Articles

Dur dur de lire la Bible ?

Récemment, je discutais avec des amis chrétiens à propos de la lecture personnelle de la Bible. Nous parlions en particulier de la difficulté d'avoir une lecture biblique quotidienne, de s'astreindre à une discipline dans sa méditation personnelle. Et l'un d'eux a fini par me dire : « évidemment, pour toi c'est facile, tu es pasteur ! »

Eh bien non, en réalité, ce n'est pas facile ! Notamment parce qu'un pasteur a aussi un rapport « professionnel » à la Bible : il est, d'une certaine façon, « payé » pour lire la Bible ! Ne vous méprenez pas : je ne me plains pas d'être pasteur. Je considère même comme un privilège d'avoir le temps de pouvoir lire la Bible pour préparer une prédication et une étude biblique, parce que j'en suis le premier bénéficiaire. Ça me nourrit spirituellement. Mais si je ne lis la Bible que de cette façon, dans cette optique, où est la gratuité dans ma relation avec Dieu ? C'est là un écueil auquel je suis confront…
Articles récents

Le lien entre l'Eglise et l'Etat

A l'instar de son discours devant les protestants, lors du colloque des 500 ans du Protestantisme à la mairie de Paris en septembre dernier (nommant les protestants "vigies de la République"), Emmanuel Macron a su trouver les mots pour toucher le coeur des catholiques lors de son discours aux évêques de France au Collèges Bernardins à Paris, le 9 avril.
Une phrase, pourtant, dite au début de son intervention, a suscité de vives polémiques : " le lien entre l'Église et l'État s'est abîmé, et il nous importe (...) de le réparer." Le président de la République a d'ailleurs précisé un peu plus loin que "certains pourront considérer que de tels propos sont en infraction avec la laïcité."
Est-ce le cas ? Peut-être un peu quand même...
Je ne peux, il est vrai, que me réjouir de la volonté de dialogue de Monsieur Macron avec les différentes religions et sa volonté de défendre une laïcité qui intègre pleinement le fait religieux et qui ne …

Une place pour elles

Tous les trois jours, en France, une femme meurt sous les coups de son partenaire. La polémique liée au retour sur scène de Bertrand Cantat a remis le sujet dans l'actualité. De même que la libération de la parole des femmes victimes d'abus sexuels sur les réseaux sociaux (avec les #balancetonporc et #metoo). Mais dans la routine du quotidien, on risque d'oublier bien vite cette statistique effrayante...

C'est pourquoi, une initiative comme "une place pour elles" (http://uneplacepourelles.weebly.com/) est salutaire. (1) Il s'agit de choisir une chaise dans un lieu public, éventuellement la recouvrir d'un tissu de couleur, et y adosser une pancarte sur laquelle est écrite : « Une place pour elles ».  A la tête de cette initiative, il y a une théologienne baptiste : Valérie Duval-Poujol. Même si l'initiative est areligieuse, il est intéressant de le noter.

En effet, normalement les Eglises devraient être à la pointe dans la lutte contre les violenc…

La Bible : le conte est bon ?

Aujourd'hui commence le mois de la Bible, une heureuse initiative de l'Alliance Biblique Française, des éditions Bibli’O et du Syndicat des Libraires de Littérature Religieuse. Sur le site Internet de l'événement, il est possible de télécharger un livret, très bien fait, qui répond aux questions de base sur la Bible : Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi autant de versions ? Comment choisir sa Bible ? On trouve à la fin de ce livret trois courts témoignages (un protestant, un catholique et un orthodoxe) à propos de la Bible et j'imagine que le témoignage protestant, de François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, pourrait bien faire réagir les lecteurs évangéliques : « Le récit biblique est une épopée, un immense roman. Il est un conte pour adultes. »

Même si aujourd'hui plus qu'hier la plupart des évangéliques ont assimilé le fait qu'on ne peut pas se contenter d'une lecture littérale, au pied de la lettre, de la Bible, et …

Rouler moins vite

La mesure fait grand bruit ! Le gouvernement va baisser la limitation de vitesse sur les routes secondaires à 80 km/h. On pourrait se dire qu'il y a des sujets plus graves aujourd'hui (même si des centaines de vies sont en jeu quand même !)... mais les réactions des associations d'automobilistes et des quidams sur les réseaux sociaux abondent. Selon une enquête récente, 59 % des personnes interrogées sont défavorables à cette mesure (et 82 % estiment que le premier objectif de cette mesure est d’augmenter les contraventions collectées par l’Etat...). Quand on touche à la bagnole...
Ce n'est pas le premier gouvernement à prendre des mesures quant à la sécurité routière... et à essuyer les critiques. Pourtant, depuis les années 70 (où on comptait quand même 16000 morts par an sur les routes !), chaque mesure restrictive semble bien avoir eu un effet positif sur le nombre de morts sur les routes*. Et il faut quand même, me semble-t-il, une bonne dose de mauvaise foi pour…

Dans la crèche de Noël...

Une image a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux en ce temps de l'Avent. Il s'agit d'une crèche vide, où l'on trouve seulement un âne et un boeuf, avec comme légende (mais il y a des variantes) : "Crèche de Noël sans Juifs, sans Arabes, sans Africains ni migrants."

Avec humour, cette image permet de souligner combien le message de Noël garde une pertinence particulière aujourd'hui. D'une certaine façon, dans les récits bibliques de la Nativité, Jésus est bien né dans une famille de "migrants" en situation précaire, et ce sont les petits à travers les bergers, puis les étrangers à travers les mages, qui sont venus l'adorer. Ceux qu'on a tant de mal à accueillir aujourd'hui, ceux qu'on oublie ou qu'on réduit au silence, ceux qui sont la cible de haine et de discrimination, trouvent une place dans la crèche. N'est-ce pas aussi cela le message de Noël ?

Si nous croyons à la dimension universelle de l'Evangile, si…

La tentation du Notre Père

Le 3 décembre prochain, la nouvelle version du Notre Père entrera officiellement en vigueur dans l'Eglise catholique. A l'approche de cette date, une chronique radio d'un philosophe médiatique, Raphaël Enthoven, a animé les réseaux sociaux (avec la « finesse » qu'on leur connaît...). Son interprétation pour le moins discutable, aux accents complotistes regrettables, prétend qu'en ôtant le verbe "soumettre", l'Eglise catholique se montrerait sournoisement islamophobe (puisque le mot Islam signifie soumission !). Il faut avouer que j'ai déjà entendu le philosophe être plus inspiré...

Car le débat sur cette demande du Notre Père n'a évidemment rien à voir avec l'islamophobie. La demande devient "Ne nous laisse pas entrer en tentation" (à la place de "Ne nous soumets pas à la tentation"). Mais sa traduction n'est pas évidente. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les différentes versions françaises de la Bible :